L'achat du Van !


J’aimerais tellement vous dire que je me suis levée un matin eu une bulle qui m’a éclaté dans la tête et que j’ai par la suite lancé la campagne de socio-financement pour le Van de Van … mais ce n’est pas le cas! Ça faisait environ un an et demi que je regardais les petites annonces pour acquérir un Van. J’ai même été jusqu’au Saguenay pour visiter un autobus scolaire qui avait été en partie réaménagé, mais à l’époque je voulais que l’atelier vienne avec moi. Par contre, l’autobus ne pouvait l’accueillir compte tenu de la manière qu’il avait été converti, et je n’avais pas la classe adéquate sur mon permis pour conduire ce type de véhicule. En fait je me suis longtemps questionnée si j’en étais capable. Après réflexion, je me suis dit que je devrais plutôt commencer avec plus petit question de m’habituer à moindre coût à ce nouveau type de vie. J’ai ensuite visité un van que j’ai passé à 2 doigts d’acheter, mais le propriétaire faisait tellement de pression pour le vendre que j’ai commencé à être insécure face à cette situation et j’ai donc laissé tomber le projet.

 

VanLife | achat | roadtrip | souvenir | Fotofibre

 

Puis en mars dernier, j’ai lancé la campagne de socio-financement pour le Van de Van pour m’aider à avoir suffisamment de fonds afin acheter un Van pas trop usé et du format que je désirais. Voir ici plus gros qu’une caravan. La campagne s’est terminé, j’ai reçu l’argent. Après production, après les frais de poste, après les frais qu’Ulule se prend sur la campagne, après les taxes, il m’est finalement resté environ 2 250$. C’était mon premier pas pour acheter un Van entre 5 000$ et 7 000 $. Sur le coup, je me suis dit que je voulais attendre avant de me remettre à magasiner, question de prendre le temps de mettre assez d’argent de côté et ne pas me donner d’envies d’acheter.

 

Pour le chandail c'est par ici

 

Un soir que j’étais tout bonnement sur Facebook, une annonce est apparue dans mon fil d’actualité. Un des groupes de VanLife dont je suis abonnée sur la plateforme, annonçait la bête! L’annonce a piqué ma curiosité alors j’ai cliqué. Sans le savoir, je venais tout juste de signer un pacte avec le diable. Plus je lisais, et regardais les photos, plus mon coeur battait la chamade. J’ai envoyé l’annonce à Sam pour savoir ce qu’il en pensait, puisque ça fait 2 ans qu’il vit dans son Van presqu’à temps plein. Positif! Il me dit que je devais aller voir le van. Avant de m’exciter davantage, j’envoie l’annonce à mon copain. Positif encore! Alors j’écris au propriétaire du véhicule et prend rendez-vous. Seul pépin, il était seulement libre le week-end et ça tombait en même temps que ma présence au SIDIM. J’ai donc pris rendez-vous pour me rendre sur la Rive-Nord de Montréal avant que le SIDIM commence pour aller inspecter le Van et l’essayer. Positif encore! Je dis donc au propriétaire que je suis plus qu’intéressée, mais que je dois retrouver au travail et ne pourrai faire faire l’inspection qu’à partir du lundi suivant. Finalement, je suis tombé sur quelqu’un de généreux qui a bien voulu aller au garagiste en qui j’avais confiance (sur la Rive-Sud cette fois) sans moi le lendemain matin. J’étais tellement nerveuse, j’avais vraiment hâte d’avoir le verdict de mon garagiste. Quand celui-ci m’a appelé, il a entamé la conversation en me disant qu’il n’était pas vraiment connaisseur de ce type de véhicule, mais qu’il était vraiment « clean », sans aucune rouille sur la carcasse extérieure, ce qu’y est assez rare pour un véhicule de 1987. Il me mentionne aussi qu’il y avait peu de réparation qui urgeait. Donc si le prix me convenait, je pouvais aller de l’avant. J’ai donc fait un dépôt au propriétaire. 

 

 

VanLife | Achat | Roadtrip | Souvenir | Fotofibre

Bougie à l'effigie de la Van c'est par ici

 

Revenons à mes économies; je n’avais que 2 250$ de côté et j’ai négocié le véhicule à 7 400$. J’ai donc dû vendre ma petite voiture, car de tout façon je ne pouvais pas me permettre 2 véhicules en même temps. J’ai aussi vendu quelques biens qui allaient être vendus lorsque j’aurais déménagé dans ma nouvelle maison sur roue en avril. Par chance et bon timing, j’ai utilisé mon retour d’impôt qui arrivait juste à point pour payer la plus grosse balance qui me manquait et j’ai finalement vidé toutes mes autres économies pour enfin acheter en entier le véhicule. Je dois vous avouer, que j’ai eu un immense « crush » sur ce véhicule et que j’ai vraiment jouée le tout pour le tout, même si cela était pour mettre mes finances à rude épreuve.

 

 


Leave a comment